Avoir le bac avec mention, et tout quitter pour se développer footballistiquement parlant au Canada. Le rêve de beaucoup de nos joueurs… Et Baptiste Canonica, joueur U19 Centaures la saison passée, l’a fait. Zoom sur son parcours prometteur.

12828386_10153895924009627_2913624446783589331_o

Après avoir testé plusieurs sports tels que le soccer et le basket, Baptiste s’essaye au football américain en 2012 avec les Centaures de Grenoble. Alors cadet, le club le forme, il s’y plait et monte d’une section pour devenir receveur (wide receiver) avec les U19. «l’esprit d’équipe et l’impression d’avoir une deuxième famille» le fait rester dans son « équipe de cœur » jusqu’en 2016. Et il n’est pas venu seul puisqu’il a fait venir son père, Yves CANONICA, manager de l’équipe junior depuis son arrivée, qui apporte une aide précieuse au club même après le départ de son fils.

Richard LEVEQUE, Head Coach juniors, témoigne des qualités comportementales de Baptiste lors de ces années aux Centaures. «Il a pu tirer vers le haut ses coéquipiers. Par son calme, sa discrétion naturelle, et sa concentration sur toutes les phases de jeu, il a gagné le respect de tous et imposé sans force une implication de l’ensemble de son équipe.» Mais aussi de ses capacités physiques et tactiques. «Fort de quelques années passées dans le milieu du soccer et du basket, il a développé une vision du jeu sur des terrains aux dimensions différentes et celle-ci lui aura permis de comprendre très vite les différentes interactions entre se démarquer, se placer dans l’espace et créer des opportunités de complétions nombreuses au poste de receveur de passes. Ce que nous espérons tous en tant que coach, est de développer des play-maker aux qualités techniques supérieures. Mais Baptiste avait déjà l’esprit de compétition et une culture de la gagne, faisant de lui ce joueur attendu et dont les entraîneurs raffolent. En plus d’être un bon receveur de passes il portait également très bien le ballon permettant de faire de lui un joueur multidimensionnel pouvant tromper les défenses adverses. Il ne lui restait plus qu’à développer les techniques propres à son poste pour qu’il puisse laisser parler ses qualités sur le terrain et devenir le coéquipier sur lequel parfois repose toute la réussite d’une section offensive de football-américain.»

Cela faisait quelques temps que Baptiste avait envie de partir. S’enrichir sur les aspects culturel, social mais aussi et surtout du football américain. Le Canada, en plus d’avoir une région francophone, a le football américain tellement populaire qu’il est ancré dans sa culture.

Le 12 Août 2016, il quitte la France pour rejoindre la province québécoise. Nouveau pays, nouvel établissement et nouveau club : c’est sein du collège d’Alma que Baptiste, en parallèle de sa formation de Science de la Nature, enfile son nouveau maillot bleu et blanc des «Jeannois du collège d’Alma». «Do what has to be done!», telle est leur devise. «Ce que j’aime vraiment chez les Jeannois c’est que ce n’est pas une grosse équipe avec beaucoup d’effectif, on est donc tous très soudé et il y a une très bonne ambiance entre nous.» Ce qui est nouveau pour lui aussi, c’est qu’il s’entraîne désormais tous les soirs, et joue maintenant tous les week-ends. Baptiste explique également que les Centaures et les Jeannois partagent les mêmes valeurs. «En cela je sais qu’il est épanoui. Bosseur, et voulant prouver qu’il peut intégrer l’équipe en étant un play-maker, il redouble d’effort, se met à l’écoute de ses coachs et devient une valeur ajoutée aux Jeannois !» nous confie Richard. «Faire preuve de discipline, de respect et le devoir de tout donner sur le terrain pour son équipe.»

Les différences entre les deux clubs sont néanmoins présentes. La notoriété dans chaque pays en est le principal facteur : la culture de ce sport est différente, essentiellement due à la médiatisation, et le non-olympisme affecte beaucoup la popularité de cette discipline en Europe. «Il y a une grande différence au niveau de l’infrastructure et du matériel mis à disposition des sportifs à cause des écarts budgétaires entre la France et le Canada pour le football américain, par exemple, ici, nous avons un grand terrain synthétique très bien entretenu avec des tribunes et de la musique pour nos matchs.»

Le ressenti de son ancien Head Coach français pour ce changement d’environnement est positif au niveau sportif. «Actuellement le froid est important au Canada, l’hiver se prépare alors la fin de saison étant venue, tous les joueurs suivent un programme de développement physique basé sur l’athlétisme et la musculation. Autant dire que Baptiste se prépare à devenir un joueur de poids l’an prochain sous les couleurs d’Alma. L’impact de ce départ pour lui est extrêmement positif. Il développe toutes ses qualités énumérées précédemment. Je sais qu’il a une marge d’évolution importante. De bon joueur il passera à « excellent joueur » !»

C’est avec beaucoup d’ambition que notre ancien joueur envisage son avenir : être recruté dans une équipe canadienne universitaire dans 2 ou 3 ans «Au Canada il n’y a pas de « club », toutes les équipes sont rattachées à un lycée ou un collège, c’est pour ça que si tu n’as pas le niveau d’entrée dans une équipe universitaire tu ne peux pas continuer le football», revenir en France et si possible, intégrer l’équipe de France, et pourquoi pas faire carrière en tant que sportif par la suite ? «Il montre un chemin possible aux jeunes restés ici. Une expérience comme celle-ci est géniale pour un jeune. Evoluer dans un cadre accueillant et pour beaucoup gage de réussite.» certifie Richard.

Nous lui souhaitons de réussir, et sommes fiers d’avoir formé des joueurs insatiables tels que Baptiste.

12698724_1155785651099067_1517870827_o

Baptiste, pour cette première saison outre-atlantique, c’est :

25 passes complétées pour 337 yards gagnés et une place dans le Top 10 des meilleurs receveurs de sa conférence. Mais aussi 14 kick-off bottés pour 654 yards et 1 field goal !

Voici son highlight en vidéo :